Accueil ::> Vie culturelle et pédagogique ::> Lettres ::> Écriture ::> Le printemps des poètes

Le printemps des poètes

Un évènement national ...

par Lettres (I. T.).

Comme cela se fait partout en France en ce mois de mars, les élèves du lycée Albert Sorel participent au printemps des poètes.

Il y a ceux qui lisent, il y a ceux qui écrivent, il y a ceux qui disent ... Mais tous partagent ...
Vous pourrez entendre certains 1ES de l’an passé vous lire des poèmes de Fleurs du Mal de Baudelaire, les 2des3 de cette année vous lire des poèmes de Victor Hugo extraits de « Pauca meae », quatrième livre des Contemplations de Victor Hugo.
Vous pourrez lire les vers des poètes de 2de3.
Vous pourrez peut-être, si vous n’avez pas cours, aller soutenir les élèves de l’atelier théâtre qui se produiront sur la place de la mairie le mercredi 23 mars vers 11h30 : ils vous diront combien c’est important de se dire les uns aux autres « Tu es de ma famille ... »

L’espoir d’un meilleur été
par Paul Camus La Guérinière, 2de3
Ô toi Soleil sous les étoiles qui brillent de mille feux
En été brûle, brûle ma peau
Et change mes idéaux
Rends nous plus heureux et plus joyeux

Ébranle nos belles souffrances
Qui elles nous brûlent de l’intérieur
Sauve nos cœurs qui balancent
Ô toi flamme du bonheur qui jaillit comme une fleur

Été ne pleure pas comme tous ces cœurs blessés
Sois plus fort, plus fort que ces tristesses ou ces désespoirs
Même si tu dois les soigner, combats-les
Car j’ai cet espoir, l’espoir d’un été inflammatoire

Je suis perdue là, perdue dans cette sourde immensité
Je me sens comme lui, pendant trois longues saisons
Profondément dans mes pensées le souvenir de mon poupon
Me revient, me hante, m’empêche de respirer

Je suis là, fébrile sous la surface
Sa vie et l’eau douce entre mes doigts
Un peu plus loin s’enfuient, s’éloignent de moi
Je suis lasse de ce manque qui me glace

J’ouvre les yeux, larmes invisibles
Sortant de cette mélancolie, sortant de cet infini
Je vois dans mon reflet ses traits paisibles
A jamais endormis au Paradis
par Eloïse Mauger, 2de3

Brèves